Header post for senemusique

Berlin – Macky Sall défend les intérêts et opportunités de l’Afrique

par

Berlin – Macky Sall défend les intérêts et opportunités de l’Afrique

 Macky SALL, Président de la République du Sénégal a quitté Dakar ce 26 août 2021, pour participer, le 27 août, à Berlin, à la Conférence « Compact avec l’Afrique » sur invitation de SEM la Chancelière Angela Merkel.

En marge de la Conférence, le Président Macky SALL aura plusieurs entretiens les 27 et 28 août avec des officiels et représentants du secteur privé avant de rentrer à Dakar le 29 août 2021.

Pour rappel, Compact avec l’Afrique est une initiative lancée en 2017 sous la présidence allemande du G20, en vue de stimuler l’investissement en Afrique par différents mécanismes de soutien, y compris les réformes nécessaires à l’amélioration de l’environnement des affaires.

A l’issue de la conférence de 2017, les participants avaient relevé la nécessité de prendre des mesures conjointes pour renforcer les infrastructures durables, améliorer les cadres d’investissement et soutenir l’éducation. Des priorités individuelles pour les « pactes d’investissement » ont été avancées par le Sénégal, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Ghana, le Maroc, le Rwanda et la Tunisie.
Menés par les pays africains respectifs, la Banque africaine de développement, le FMI et le GBM ainsi que le G20 et d’autres partenaires, ces pactes visent à mobiliser l’investissement privé ainsi que promouvoir une utilisation efficace des fonds publics
Au total, douze pays africains, dont le Sénégal, sont bénéficiaires de cette initiative.

La crise sanitaire mondiale suite à l’apparition de la Covid-19 pose de nouveaux défis, notamment économiques, à relever dans le cadre du « Compact avec l’Afrique ». C’est à ce titre qu’en avril 2021, les présidents de la réunion du Groupe consultatif africain ont émis 10 recommandations fortes.

En effet, l’accès aux vaccins, aux produits thérapeutiques et aux diagnostics COVID-19 ont été identifiés comme des éléments essentiels à la relance économique surtout que de bonnes performances économiques ont été relevés dans plusieurs pays bénéficiaires de l’initiative.

Par conséquent, les gouvernements des pays de l’initiative sont appelés à agir de manière décisive pour reconstruire la confiance des investisseurs et renforcer le rôle des investissements directs à l’étranger (IDE) dans la reprise post-COVID-19 et les agendas nationaux de développement.

Aussi a-t-il été noté que la pandémie de COVID-19 a exacerbé les vulnérabilités de la dette et a menacé la viabilité budgétaire de nombreux pays. C’est ainsi que l’Initiative de suspension du service de la dette (DSSI) a été prolongée pour la deuxième fois jusqu’à la fin de 2021. Un cadre commun pour les Traitements de la dette au-delà de la DSSI a également été établi, ce qui constitue une étape importante pour la coopération mondiale car permettant aux pays de restructurer une dette insoutenable, de regagner de la solvabilité et de parvenir à une reprise économique résiliente.

L’initiative des pays africains de lancer la ZLECAF a été saluée car des pays bénéficiaires de l’initiative « Compact avec l’Afrique » orientés vers la réforme sont bien positionnés pour devenir des champions de la zone.
La nécessité de façonner la transformation économique dans les pays du Compact avec l’Afrique afin de profiter des nouveaux moteurs de croissance a été soulignée. L’économie numérique offre, à cet effet, une occasion unique d’accélérer la croissance, la réduction de la pauvreté et la création d’emplois. L’économie verte également offre l’opportunité de tirer parti de manière durable d’abondante richesse naturelle du continent grâce à l’agriculture intelligente, l’écotourisme, l’économie et les bonnes pratiques en matière d’énergie renouvelable.

Les initiatives stratégiques visant à renforcer le Pacte avec l’Afrique afin d’accélérer les réformes structurelles et tirer parti du potentiel de croissance du secteur privé ont aussi été saluées.
Dans la même dynamique, les organisations internationales telles que le Groupe de la Banque mondiale (GBM), le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque africaine de développement (BAD) ont été invitées à accompagner les pays du « Compact avec l’Afrique » dans le défi de la relance économique, celui de l’intégration régionale et de l’urbanisation en tant que moteurs clés de croissance.

L’Allemagne fait partie des partenaires privilégiés du Sénégal. La coopération entre les deux pays est mise en œuvre à travers des institutions telles que l’Agence de Coopération Internationale allemande pour le développement (GIZ) ou la Banque de Développement (KfW). Les fondations politiques : Fondation Friedrich Ebert (FES), Fondation Konrad Adenauer (FKA), Fondation Friedrich Naumann pour la liberté (FNS), Fondation Rosa Luxemburg (RLS) et Fondation Heinrich Böll (HBS) ainsi que le Centre culturel Goethe-Institut sont également très actifs au Sénégal.
Pour rappel, en septembre 2019, le Sénégal et l’Allemagne ont conclu un partenariat de réforme dans le cadre de l’initiative du Pacte du G20 avec l’Afrique « Compact with Africa ».

La coopération au développement entre les deux pays s’est considérablement intensifiée depuis lors. L’Allemagne s’est engagée à soutenir le Sénégal dans la création d’emplois, l’amélioration des offres de financement, la promotion de la formalisation des entreprises du secteur informel, l’amélioration de la qualification de la main-d’œuvre et la poursuite d’une politique économique responsable. Les principaux axes de ce partenariat sont :

  • Le Droit et l’administration du travail
  • Le Droit foncier et la gestion des terres
  • La Promotion et l’accès au financement pour les micros, petites et moyennes entreprises (MPME)
  • La modernisation de la formation professionnelle

La coopération entre le Sénégal et l’Allemagne porte également les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. L’objectif est d’accroître l’accès à l’énergie dans les zones rurales et l’introduction d’un modèle de développement garantissant une production et un approvisionnement énergétiques durables. L’Allemagne accompagne le Sénégal dans le processus d’adoption d’un modèle de développement permettant de minimiser les impacts négatifs pour le climat et l’environnement et de prendre des mesures préventives face au changement climatique. Une attention particulière est accordée à l’enseignement supérieur et à la formation professionnelle dans ce secteur.

Divers projets dans des secteurs tels que la bonne gouvernance, la lutte contre migration irrégulière, la création d’emplois, l’agriculture, les industries culturelles et créatives et la lutte contre la corruption enrichissent le cadre de coopération bilatérale entre les deux pays.

En outre, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, le Sénégal a reçu en 2020 une aide budgétaire d’urgence d’un montant de 100 millions d’euros pour atténuer les conséquences économiques et sociales négatives de la pandémie.
Plusieurs projets régionaux en Afrique de l’Ouest sont pilotés depuis Dakar.

Ce programme vise principalement les jeunes et les migrant de retour au Sénégal. L’objectif est de miser sur les énergies renouvelables pour ouvrir de nouvelles possibilités d’emplois dans les secteurs de l’agriculture, de l’artisanat et des services tout en favorisant les créations d’activité et la génération de revenus supérieurs. Le projet aide les jeunes à élaborer des modèles d’affaires viables sur le long terme et leur offre des opportunités d’échange. Cette démarche renforce également leur estime de soi.

Les sociétés de conseil GFA et RENAC intervenant pour le compte de ce projet aident les centres de formation, les écoles techniques et professionnelles et les chambres de commerce et des métiers à mettre en œuvre des mesures de formation professionnelle dans l’optique d’élaborer des profils professionnels attractifs. Les alliances nouées avec des entreprises sélectionnées encouragent le développement économique.

Mené en coopération avec la société allemande Gauff dans le cadre d’un partenariat de développement, le projet met en œuvre des programmes de formation pour techniciens solaires contribuant à l’électrification de 300 villages ruraux.
La collaboration avec des partenaires locaux issus de l’administration, de la société civile et du secteur privé permet au projet de toucher directement les jeunes et les migrants de retour au Sénégal.

À Dakar, le projet a mis sur pied le « Teranga Hub », à la fois espace de coworking et incubateur d’entreprises.
Les institutions similaires d’autres organisations sont soutenues par le projet dans les régions du pays.

Un cofinancement apporté par la Bavière crée des perspectives dans la région de Thiès où le « Centre Bavarois – Réussir au Sénégal » joue le rôle de structure d’accueil et de centre de manifestations et de formation continue.
Grâce aux coopérations avec l’économie créative, les entreprises sénégalaises opérant dans les domaines de la mode, de l’art et de la musique ont accès à de nouveaux marchés.

Ces coopérations renforcent en outre la sensibilisation aux perspectives d’avenir. En collaboration avec les partenaires locaux, le programme développe de nouveaux canaux de communication et des formats de dialogue pour permettre à des « champions locaux » de présenter leurs modèles d’activité synonymes de réussite.
Dans les régions de Kédougou, Kolda et Tambacounda, le projet participe à la lutte contre le paludisme par la distribution de moustiquaires imprégnées tout en mettant en œuvre des mesures de sensibilisation des populations via le réseau des postes de santé.

A ce jour le projet a encouragé plus de 22 200 initiatives :
7 249 jeunes et migrants de retour au bercail ont participé à des actions de qualification destinées aux créateurs d’entreprises. Ils ont appris à établir des budgets, à rédiger des plans d’affaires et se sont initiés aux notions de base d’un marketing efficace 10 351 participants ont recouru aux mesures de formation continue et de qualification, notamment dans les domaines du recyclage, de la boulangerie artisanale et de la réparation de téléphones portables
1 099 très petites, petites et moyennes entreprises ont bénéficié de mesures d’insertion sur le marché du travail 3 089 jeunes sont parvenus à trouver un emploi en CDI après avoir participé à différentes formations

La prise en charge de la sécurité nationale est un important défi à relever pour l’Etat du Sénégal, au regard de l’instabilité régionale qui prévaut. Le volet sécuritaire de la coopération entre les deux pays vise à améliorer les capacités de la police nationale sénégalaise en matière de police technique scientifique afin de mettre en œuvre une stratégie sectorielle et de contribuer à la stabilité régionale et nationale avec professionnalisme, transparence et dans le respect de l’Etat de droit.

Avec la GIZ qui promeut des processus de réforme de la police en Afrique, l’accent est mis sur le respect des normes juridiques, notamment sur la mise en œuvre de la Charte internationale des droits de l’homme dans la police. Une grande importance est accordée à l’égalité de genres dans toutes les activités du programme.