Header post for senemusique

Menacée par son ex-petit ami de publier des images obscènes d’elle, K. A. Fall, devant la barre, revient sur les faits: « C’est au mois de janvier

par

Menacée par son ex-petit ami de publier des images obscènes d’elle, K. A. Fall, devant la barre, revient sur les faits: « C’est au mois de janvier

Menacée par son ex-petit ami de publier des images obscènes d’elle, K. A. Fall, devant la barre, revient sur les faits: « C’est au mois de janvier 2020, qu’il a pris cette image à mon insu. »Le courant passait bien entre Khadim M. Mbathie et son ex-petite amie, K. A. Fall. D’après Rewmi Quotidien, après avoir filé le parfait amour, ils sont devenus les meilleurs amis du monde, en témoigne l’attitude de la jeune fille, hier lundi, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar.
Poursuivi pour collecte illicite de données à caractère personnel et détention d’images contraires aux bonnes mœurs, Khadim Mbacké Mbathie a été sauvé par son ex, qui ne lui souhaite pas un séjour carcéral.
Revenant sur les faits, la partie civile narre : « Il m’a envoyé une de mes photos obscènes à partir d’un numéro inconnu, il y a de cela deux semaines. C’est au mois de janvier 2020, qu’il a pris cette image à mon insu. Sur le message, il m’a dit de changer de comportement, sinon il allait publier la photo. »
Poursuivant, la demoiselle informe qu’elle s’est désistée de sa plainte. « Je ne savais pas que c’est lui le maître chanteur. Je lui pardonne du fond du cœur. On s’est connus en 2019. Il m’a toujours assistée. C’est mon meilleur ami. »
Interrogé à son tour, Khadim Mbacké Mbathie plaide coupable pour le délit de collecte illicite de données, à caractère personnel. « Je lui ai juste dit de changer de comportement. Ce sont des amis qui m’ont dit qu’elle a commencé à se comporter comme une fille de mœurs légères », argue l’agent commercial, né en 1994.
La représentante du Ministère public, pour qui, les faits sont assez graves, a requis deux mois de prison contre le prévenu. La défense a sollicité une application bienveillante de la loi. Après délibéré, le prévenu a écopé d’une peine d’avertissement de deux ans de prison assortis du sursis.

Source sanslimitesn